La prostituée avait racketté un client… policier à la retraite

Une prostituée, enceinte, et déclarée psychotique, a été condamnée à deux mois de prison par le tribunal de correctionnel de Paris, jeudi 4 juin 2015. Elle avait volé une sacoche à un client pour le racketter. Ce client était un policier à la retraite.

(© Nils Hamerlink/cc/Flickr)
(© Nils Hamerlink/cc/Flickr)

Elle est prostituée, enceinte de six mois, et diagnostiquée malade mais pas dangereuse par les psychiatres qui l’ont examinée au moment de son interpellation. Elle, c’est une prévenue âgée de 37 ans que les magistrats du tribunal correctionnel de Paris ne verront pas, ce jeudi 4 juin 2015. Logique : cette mise en cause dans une affaire de vol et racket est déjà sous écrou, dans un hôpital spécialisé. Les juges n’interrogeront pas davantage la victime supposée : cet homme est un policier à la retraite qui a laissé son représentant réclamer pour lui les préjudices qu’il a subis. L’affaire se réglera donc entre professionnels : il s’agit essentiellement de savoir quelle peine prononcer contre cette femme qui a déjà reconnu les faits.

« C’est payant, les objets trouvés ? »

Les faits. « Elle a volé une sacoche à son client, pendant une passe. Il avait l’air riche mais il ne lui proposait que 20 €. Elle a donc pris son portefeuille et a menacé de ne pas le lui rendre s’il ne lui donnait pas plus d’argent », résume la présidente. « Elle dit ne pas avoir de mac mais apparemment, elle en a un quand même. Les experts relèvent l’altération de son discernement : elle a des idées délirantes de persécution, est psychotique, a déjà été internée et ils évoquent la nécessité de soins au long cours la concernant », poursuit-elle. « Elle a reconnu le vol et a restitué la sacoche à la victime. » Le conseil de l’ancien fonctionnaire fait l’inventaire de ce qu’elle contenait : « 60 € en espèces, un téléphone portable, un portefeuille en cuir, des cartes de fidélité qu’il a fallu remplacer et il a payé 11 € le service des objets trouvés qu’il avait sollicités ». Etonnement dans la salle. « C’est payant, les objets trouvés ? », raillent de concert la juge et l’avocate de la défense.

« Ça aurait pu être un juge, citoyen comme les autres »

« Ma cliente a eu la malchance de dérober des biens à une personne dont elle ignorait qu’il était policier », commence justement le conseil, immédiatement interrompu par la présidente. « Ah mais ça aurait pu être un juge, citoyen comme les autres ! » La défense embraye : « Elle est en détention, elle est enceinte. En l’état, la prison n’est pas possible pour elle ». Décision ? Deux mois supplémentaires sous surveillance, dans l’hôpital qui lui sert déjà de prison.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s