Entrés dans le parking pour « chier », ils l’ont quitté menottés, pour vol

Trois jeunes ont été surpris dans le parking privé d’un immeuble du XVIe à Paris où, deux d’entre eux, ont reconnu avoir fait du shopping dans un box contenant des vêtements de grandes marques. Ils ont été condamnés à six mois de prison avec sursis.

Illustration (psilo93/cc/Flickr)
Illustration (psilo93/cc/Flickr)

Décidément… De l’envie pressante, à la comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Paris, il se commet des délits dont la présidente Florence Schmidt-Pariset commence à avoir l’habitude. Le 17 juin 2015, elle jugeait un voleur présumé qui avait déféqué en garde à vue et jeté sa « merde » sur un policier venu le calmer. Deux semaines avant, elle interrogeait trois jeunes dans le même contexte, au détail près qu’ils ne se sont rendus coupables d’aucune violence « par jet d’excréments ». L’histoire.

« Très chic et sympathique les habitants de l’immeuble »

La police est requise dans un immeuble du boulevard Flandrin, dans le XVIe arrondissement de Paris, en pleine nuit du mercredi 3 juin : un riverain avait entendu des bruits suspects. Les fonctionnaires arrivent sur place et entrent dans le parking souterrain où une Citroën Saxo s’était engouffrée. « Ils ont surpris des bruits métalliques et des chuchotements… puis vous ont trouvé sortant d’un box, une dizaine de chemises de grandes marques à la main, pour deux d’entre vous. Le passager arrière, lui, était en train de dormir… » La juge demande : « Que faisiez-vous là ? ». « On était partis d’Aubervilliers vers 3h30 du matin pour faire un tour. J’ai eu envie de faire mes besoins. La gare était fermée et, en face, il y avait cette porte de parking restée ouverte… », consent le conducteur, qui reconnaît s’être soulagé dans le garage. « Bref, vous avez chié – pour reprendre vos propos -, dans un sac, dans un coin du sous-sol. Ce qui est ma foi trois chic et très sympathique pour les habitants de l’immeuble… Mais vous ne vous êtes pas contenté de chier : vous avez vu le portail d’un garage entrouvert et vous y êtes entrés pour y faire du shopping… en volant des chemises », rappelle la présidente, qui ne mâche plus ses mots.

Jugés coupables, tous les trois

Florence Schmidt-Pariset veut en savoir plus, sur ce « hasard qui fait bien les choses », puisque les deux coprévenus qui ont avoué le vol plaident l’opportunité : toutes les portes étaient ouvertes, ils n’ont rien fracturé. « On a trouvé les vêtements, on les a pris. Et rendus à son propriétaire à l’arrivée de la police », disent-ils. Le troisième jure qu’il dormait, qu’il a dormi tout le long du voyage. « Impossible à concevoir », pour la procureure qui réclame du sursis pour les deux principaux auteurs et cinq mois de prison ferme contre ce dernier, soit la peine la plus sévère, compte tenu d’un casier judiciaire comportant déjà des condamnations pour recel de vol et trafic de stupéfiants. La défense insiste sur les circonstances atténuantes : les « problèmes d’estomac » du conducteur, le « coup de fatigue » de l’un, la « bêtise » de l’autre mais… la décision finit par tomber. Le trio a été jugé coupable et condamné à six mois de prison avec sursis. Il a été laissé libre à l’issue du procès : la sanction sera aménagée par le juge d’application des peines.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s